CEHTA
2 rue Vivienne, 75002 Paris
Tél. : +33 (0)1 47 03 84 40

Direction : Giovanni Careri

Secrétariat : Nicole Gouiric

nicole.gouiric@ehess.fr 
 

Membres statutaires et associés

Giovanni Careri

Institution(s) de rattachement : EHESS

Directeur d’études, EHESS

Courriel

 

Directeur du CEHTA, Giovanni Careri est Directeur d’études à l’EHESS, membre associé au Laboratoire d’anthropologie sociale (EHESS, CNRS, Collège de France) et Professeur à l’Ecole des beaux-arts de Lyon. Il est responsable avec Bernhard Rüdiger du groupe de recherche « Art contemporain et temps de l’histoire » (CEHTA-EHESS / Ecole des beaux-arts de Lyon).

Ses recherches portent toujours sur des objets singuliers et singulièrement complexes : le ‘montage’ des arts dans les chapelles baroques du Bernin, le réseau des tableaux, pièces de théâtre et  ballet qui ont repris la Jérusalem Délivrée du Tasse et, plus récemment, la fabrique de  l’histoire chrétienne dans la Chapelle Sixtine. Son approche historique et critique a recours aux outils et aux questions de l’anthropologie et de la sémiotique.

 

Publications

Ouvrages

Comme auteur :

  • La Torpeur des Ancêtres. Juifs et chrétiens dans la chapelle Sixtine, Paris, éd. de l'EHESS, 2014.
  • Envols d’amour. Le Bernin montage des arts et dévotion baroque, Usher, Paris, 1990 ; traduction italienne, Voli d’Amore. Architettura, pittura e scultura nel bel composto di Bernini, Laterza, Roma, Bari, 1991 ; traduction anglaise par Linda Lappin, Bernini, Flights of Love, the Art of Devotion, The University of Chicago Press, 1995.

  • La Jérusalem délivrée du Tasse. Poésie, peinture, musique, ballet, Klincksiek, Musée du Louvre, 1999, 449 pages, édition des actes du colloque organisé à l’Institut Culturel Italien et au Louvre en 1993.

  • Baroques, Citadelles & Mazenod, Paris 2002, Princeton University Press, 2003, Le Lettere, Florence 2003.

  • Gestes d’amour et de guerre. L’image-affect. Poésie, peinture, théâtre et danse dans l’Europe du Tasse, Paris, éd. de l’EHESS, 2005 ; traduction italienne La fabbrica degli affetti. La Gerusalemme liberata dai Carracci a Tiepolo, Milan, Il Saggiatore, 2010.

 

Participation à des ouvrages collectifs :

  • « Il codice Fiorentino », in Exploratorium, cose dell’altro mondo, éd. par Isabella Pezzini, Electa, Milano, 1991, pp. 91-98.

  • « Soave tormento: il montaggio passionale in Gian Lorenzo Bernini » in Semiotica delle Passioni, éd. Isabella Pezzini, Leonardo, Milano, 1991.

  • « L’artista » in l’Uomo Barocco, éd. par Rosario Villari, Laterza, Roma, Bari, 1991, pp.329- 355, trad. anglaise, The University of Chicago Press, 1994.

  • « Le lingue comuni d’Europa dall’umanesimo ai lumi  » in Storia d’Europa Einaudi, éd. par Maurice Aymard, Einaudi, Torino ,1995.

  • « Le choix d’Erminie. Pour une théorie du paysage classique », in Y voir mieux y regarder de plus près. Autour d’Hubert Damisch, sous  la direction de Danièle Cohn, Editions Rue d’Ulm, Paris 2003, p.63-74.

  • avec Bernhard Rudiger “Face au réel. Ethique de la forme dans l’art contemporain”, introduction à G. Careri – B. Rüdiger (eds.), Face au réel, Ecole des Beaux Arts de Lyon - Ecole des hautes Etudes en Sciences Sociales - Archibooks, Paris, pp. 11-49, 2008.

  • “Giuseppe è Giacobbe, oltre l’iconologia ”, in Testure, scritti in omaggio a Omar Calabrese, in: T. Lancioni, S.Jacoviello, F. Polacci, A.Mengoni (eds.), Protagon, Siena, pp. 41-54, 2008.

  • “Le temps du jugement” in : Giovanni Careri, François Lissarrague, Carlo Severi, Jean-Claude Schmitt (eds.), Traditions et temporalités des images, Editions de l’EHESS, Paris,  pp. 125-136, 2009.

  • “Le sujet dans le tableau » in : Daniel Arasse. Historien de l'art, Paris  Éditions des Cendres, pp. 191 – 202, 2010.

  • “Specchi d’amore e di guerra nel giardino d’Armida. Un conflitto di somiglianze”, in: La parola e l’immagine. Studi in onore di Gianni Venturi,  edité par Marco Ariani, Arnaldo Bruni, Anna Dolfi, Andrea Gareffi, Olschki, Florence, p. 227-243, 2010.

  • “Dons de lumière” in : Denis Bernard, Ecarts, éclairs et corps, Farge, Lyon, pp. 142-147, 2010.

  • “Fine del tempo della storia e composizione del corpo glorioso: riflessioni sulla Cappella Sistina” in: Daniele Guastini, Alessandra Campo, Dario Cecchi (eds.), Alla fine delle cose, Usher, Florence, pp. 75-91, 2011.

 

Edition :

Avec Daniel Arasse, Daniele Cohn, Alain Cantillon, Pierre Antoine Fabre, Jean Pierre Cavaillé et Françoise Marin :

  • Louis Marin, De la représentation, EHESS, Le Seuil, Gallimard, Paris, 1994.

  • Louis Marin, Sublime Poussin,  Le Seuil, Paris 1995.

  • Louis Marin, Pascal et Port Royal, Collège International de Philosophie, P.U.F, Paris 1977.

  • Louis Marin, L’écriture de soi, PUF Collège Internationale de Philosophie, Paris 1999.

  • Louis Marin, Politiques de la représentation, Collège Internationale de Philosophie, Kimé, 2005

Avec B.Rüdiger :

  • Face au réel. Éthique de la forme dans l’art contemporain, ENBA Lyon, Archibook, 2008.

 

Articles (sélection)

  • « Le paysage comme éloignement », in Page paysage, Paris 2000.

  • « Tasso e gli affetti tra poesia e pittura », in Ars, Rome, 2000.

  • « La fécondité du temps », dans Figures du temps, Editions Parenthèses, 2003.

  • « Aby Warburg, rituel, Pathosformel et forme intermediaire » l’Homme, n. 165, Janvier/ mars 2003.

  • « L’ecfrasi tra poesia e pittura », in Ecfrasi, sous la direction de Gianni Venturi, Roma, Bulzoni, 2005.

  • “Histoire de famille”, in Perspective, 2008-2, Institut National d’histoire de l’art, Armand Colin, Paris, p. 251-255.

  • « L’histoire de l’art est une histoire de prophéties », Images Re-Vues n°19, Hors série n°2, printemps été 2010.

 

Télécharger des articles en PDF

 

Sources et conditions d’utilisation : Revues.org, Portail Cairn.info, Persée - Portail de revues en sciences humaines, JSTOR

 

EHESS

flux rss  Actualités

Penser les soulèvements

Journée(s) d'étude - Samedi 03 décembre 2016 - 10:30À partir des années 2000, des mouvements de contestation, d’indignation et de révolte n’ont cessé de se produire à l’échelle globale : de l’Europe aux pays arabes, de l’espace post-soviétique aux pays d’Amérique latine. Bien qu’ils ne constituent pas une nouveauté – il suffit de penser aux mouvements contestataires de la fin des années 1960 –, et tout en reconnaissant la spécificité historico-politique de chaque événement, ces mouvements ont cependant des éléments communs qui les différencient des contestations passées. Ces invariants obligent le chercheur à se confronter avec des phénomènes sociopolitiques inédits qui lui montrent la nécessité de repenser certains de ses outils conceptuels.En particulier, les nouvelles formes de visibilité, de circulation, d’occupation de l’espace public et d’action qui caractérisent ces soulèvements, obligent à considérer à la fois leur dimension sensible et politique – ce « partage du sensible » qui fonde toute communauté. Ce qui appelle à reformulation puise alors dans les catégories de l’esthétique dans son acception originelle d’étude du sensible. C’est d’abord l’expérience de l’espace qui est remise en question par ces mouvements. L’espace social devient un « hybride » entre cyberespace et espace fortement localisé (« Place Tahrir », « Puerta del Sol », « Place de la République », etc.) ; l’espace géopolitique, quant à lui, oscille entre une circulation globale et une inscription et des revendications fortement nationales.L’expérience du temps s’accélère également, entre flux de communication numérique et flash mob. L’acteur ou le sujet de ces mouvements est aussi insolite : tout en aspirant au collectif, il reste fortement individualisé, il trouve une possibilité d’expression, de circulation et de singularisation dans les réseaux numériques. Par le biais de ces derniers, la dimension émotionnelle et « pathique » de ces événements reçoit un écho inédit.Parallèlement à l’exposition de Georges Didi-Huberman au Jeu de Paume, cette journée aura pour objet le thème des « soulèvements » dans sa double acception politique et esthétique. Des sociologues, philosophes, économistes, politologues, psychanalystes, historiens sont invités à intervenir sur la capacité des images à susciter des émotions collectives, en se penchant sur des questions actuelles comme la représentativité des gestes politiques, la circulation d’images dans le monde « globalisé » ainsi que leur pouvoir de créer des nouveaux espaces de mobilisation et des nouveaux sujets en révolte. La séance sera présentée par les directeurs de la journée et par Michel Wieviorka. La journée s’articulera en suivant trois sessions thématiques : « Gestes », « Circulations » et « Subjectivités ». 

Lire la suite

Caravage : hors-champ

Exposition - Vendredi 25 novembre 2016 - 10:00Une exposition conçue par Giovanni Careri (CEHTA-CRAL /EHESS) et Pierre Antoine Fabre (CéSor/EHESS), avec la coopération de Frédéric Cousinié (professeur à l’Université de Rouen) et Maria Eugenia Cisterna (architecte) au Musée des Beaux-Arts de Rouen du 24 novembre 2016 au 31 mai 2017, dans le cadre de la Vème saison du Temps des Collections.G. Careri et P. A. Fabre ont réuni autour de la célèbre Flagellation du Christ du Caravage (1606) une série de tableaux et de dessins des collections du Musée de Rouen, enrichie de l’Ecce Homo de Philippe de Champaigne, venu des Granges de Port-Royal. Cet ensemble d’œuvres dialogue avec le sens formel et spirituel du tableau du Caravage, en en faisant apparaître par écho ou par contraste les singularités, et la spécificité de la Flagellation de Rouen par rapport à l’autre grande Flagellation du même à Naples, contemporaine de celle-ci. La présentation de cette exposition est accompagnée le 24 novembre, jour de son inauguration à 18 heures, d’un colloque organisé toute la journée par Frédéric Cousinié (professeur à l’Université de Rouen) dans l’auditorium du Musée (voir programme ci-joint). Elle est également liée à la publication d’un livre en forme de dialogue de G. Careri et de P.A. Fabre, Caravage : hors-champ, aux Editions 1 :1, qui paraîtra à la veille de l’exposition et pourra en préparer ou en prolonger la visite. Le livre mobilise, au-delà des tableaux et dessins présentés, d’autres œuvres chrétiennes, mythologiques ou profanes qui interrogent toutes, par des voies multiples, l’image, ses dehors ou ses replis intérieurs.G. Careri et P. A. Fabre commenteront ces différents « dialogues » lors d’une séance du séminaire du CRAL, le 15 mai 2017 à 17 heures, à l’invitation de Claudine Cohen et d’André Gunthert.   

Lire la suite

Temps, histoire, montage

Journée(s) d'étude - Lundi 28 novembre 2016 - 14:00Rencontre/projection avec le cinéaste Pietro Marcello et le philosophe Pietro Montani à l’occasion de la parution du volume « Le Temps suspendu » aux Presses Universitaires de Lyon par l’unité de recherche ACTH.Pour célébrer la parution du volume Le Temps suspendu aux Presses Universitaires de Lyon, l’unité de recherche ACTH (Art contemporain et temps de l’histoire) souhaite organiser un après-midi de travail en public « à notre manière » ouvrant sur les développements de la recherche à venir. Elle souhaite partager l’expérience d’un objet commun (les deux films de Pietro Marcello) pour travailler avec l’auteur et le philosophe Pietro Montani, à la fabrique de liens entre ces films et une constellation d’objets auxquels travaille l’unité de recherche depuis 2009. Acth a conduit  ses travaux  à partir de films, de tableaux, de sculptures et d’autres formes artistiques ayant affaire à une élaboration du temps par l’image qui est en mesure de se confronter, avec se propres formes et ses propres arguments, aux travaux des historiens et des philosophes.Les deux films de Pietro Marcello ont une structure temporelle complexe, stratifiée, tissée de moments documentaires soumis à un intense travail d’élaboration intermédiale. Ce travail de l’image et de l’imagination est au cœur des dernières recherches de Pietro Montani qui a, par ailleurs apporté sa contribution aux travaux de l’unité de recherche ACTH depuis ses origines.

Lire la suite

Plus d'actualités