Actus RSS

Actualités

neuf-3 : un projet d'art public à Saint-Denis

Exposition - Samedi 17 juillet 2021 - 09:00Un projet d'art intitulé "neuf-3" est actuellement présenté dans l'espace public de Saint-Denis en Île-de-France. Le commissariat a été assuré par Riason Naidoo, en collaboration avec Le 6b, et avec la participation des soeurs Chevalme, pour la réalisation.Suite à une première rencontre en septembre 2019 avec Le 6b - la résidence d'artiste à Saint-Denis qui l'avait invité à discuter d'un projet d'exposition de dessins dans leur espace de galerie - deux mois plus tard en novembre, et inspiré par sa visite à Saint-Denis , le commissaire Riason Naidoo a finalement conceptualisé neuf-3 et convaincu Le 6b de l'accompagner dans cette nouvelle aventure. neuf-3 s'inspire d'Any Given Sunday, un projet que Naidoo a conçu au Cap (Afrique du Sud) en 2016, et qui partage les valeurs artistiques du 6b : créer un lieu artistique plus ouvert et promouvoir l'art à Saint-Denis.Ce projet permet de faire découvrir de l'art africain contemporain conçu par des artistes de renom dans les rues de Saint-Denis, le rendant accessible à ses habitants et au public de passage. Les œuvres sont exposées dans des vitrines, des magasins, dans les niches des bâtiments historiques, dans les rues, les places publiques, et autour de lieux populaires de la banlieue comme les gares de train et de tramway.Si le titre du projet neuf-3 (93) prend son nom de l’expression populaire désignant le département de la Seine-Saint-Denis, c'est pour rappeler le contexte historique et social du département et plus largement de la banlieue, des territoires devenus le foyer de populations immigrées. Saint-Denis est une communauté culturellement riche de diverses nationalités.L'initiative rend hommage aux artistes et communautés africaines et à leurs longues histoires à Paris. Elle mène une réflexion sur leurs contributions plus larges à la métropole et à des banlieues comme Saint-Denis.Projet d'art public engagé, neuf-3 implique des artistes contemporains du département de Seine-Saint-Denis, de France et de plusieurs pays africains, qui réfléchissent sur les expériences, les mémoires, les identités et les préoccupations africaines à travers la photographie, la gravure, la peinture, les techniques mixtes et la performance.Artistes participants :Jelili Atiku (Nigeria), Dalila Dalléas Bouzar (Algérie/France), les soeurs Chevalme (France), Samuel Fosso (République centrafricaine), François-Xavier Gbré (Côte d'Ivoire/France), Kudzanai-Violet Hwami (Zimbabwe/Royaume-Uni), William Kentridge (Afrique du Sud), Lebohang Kganye (Afrique du Sud), LAMYNE M (Cameroun/France), Senzeni Marasela (Afrique du Sud), Cheikh Ndiaye (Sénégal/France), Mary Sibande (Afrique du Sud), Barthélémy Toguo (Cameroun /La France).Partenaires du projet :Le 6b, la ville de Saint-Denis, Musée du quai Branly - Jacques Chirac, Heinrich Böll Stiftung (Cape Town), l'Institut français d'Afrique du Sud, Christie's (Paris), Musée d'Art et d'Histoire Paul Eluard de Saint-Denis, le Center for the Study of Slavery and Justice (Brown University, États-Unis), Any Given Sunday.Pour voir les 35 oeuvres de neuf-3 cliquez ici.Riason NaidooNé à Durban (Afrique du Sud), Riason Naidoo a été chercheur invité à l’INHA en 2020. Il était directeur de la South African National Gallery (2009-2015) ; directeur du South Africa-Mali Project sur les manuscrits de Tombouctou ; chargé de projets artistiques à l'Institut français d'Afrique du Sud ; enseignant à l'Université de Witwatersrand ; responsable de l'éducation artistique à la Durban Art Gallery. Il a créé de très nombreux projets parmi lesquels le projet d'art public Any Given Sunday (2016) au Cap, les expositions rétrospectives sur l'artiste Peter Clarke à Paris, à Londres et à Dakar (2012-2013), l’exposition 1910-2010: From Pierneef to Gugulective (2010), à la South African National Gallery, qui offrait un nouveau regard sur un siècle d'art sud-africain, ou encore The Indian in DRUM magazine in the 1950s, consacré à la mémoire de la communauté indienne en Afrique du Sud (en tournée de 2006 à 2011). Ce dernier projet a donné lieu à un livre paru en 2008 et à un documentaire Legends of the Casbah (2016). Entre (2004-2011), il a organisé sept expositions sur le travail du photographe sud-africain Ranjith Kally à Johannesburg, Durban, Bamako, Barcelone, Saint-Denis (La Réunion), Vienne et Le Cap. En 2012, Naidoo a été co-commissaire de la 10e édition de la biennale Dak’art au Sénégal. Il a suivi une formation d'artiste (spécialisée en peinture) à l'École des beaux-arts de l'Université du Witwatersrand, à Johannesburg et écrit sur l'art africain moderne et contemporain pour des publications à Paris, Johannesburg et New York. Naidoo est engagé dans une thèse de doctorat en histoire de l'art au CRAL avec Anne Lafont.Crédit photo : Samuel Fosso. ‘Sans titre’ (Kwame Nkrumah) de la série ‘African Spirits’, 2008. Photo. rue du Port (tunnel). La participation de Fosso à neuf-3 a été rendue possible en partenariat avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac. Photo : Gustavo Gelmini, © Riason Naidoo. 

Lire la suite

Aux marges de l'imprimé, l'imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l'imprimé, 1840-1940

Journée(s) d'étude - Mercredi 20 janvier 2021 - 09:00La journée d'étude Aux marges de l'imprimé, l'imprimé à la marge : cultures populaires, minoritaires et alternatives de l'imprimé, 1840-1940, aura lieu en visioconférence, le 20 janvier 2021, de 9h à 18h.La journée d’étude aura lieu en visioconférence sur Zoom. Pour obtenir le lien et connaître les modalités pratiques, merci d’adresser un mail aux deux adresses suivantes : laura.truxa@ehess.fr  et nathalie.sebayashi@ehess.fr. OrganisationNathalie Sebayashi (CRAL/CEHTA)Laura Truxa (CRAL/CEHTA)Cette journée d’étude se propose de fédérer les chercheurs, chercheuses et étudiant·e·s francophones dont les travaux portent sur des objets, textuels ou iconiques, imprimés entre la décennie 1840 et la fin de l’entre-deux-guerres. Un des objectifs sera de réfléchir collectivement à la définition d’une culture de l’imprimé qui ne soit pas, ou pas uniquement, articulée autour du livre et des formes culturellement légitimes de l’imprimé. Les différentes interventions permettront d'explorer les matérialités diverses de l'objet imprimé et ses différentes fonctions ; les usages et pratiques d'appropriation qu’il génère ; les méthodes et objectifs de ses producteurs, y compris dans le cadre de situations de production innovantes, alternatives et/ou minoritaires. Ces contributions offriront non seulement un bref aperçu de la richesse de genres imprimés encore méconnus, mais permettront de dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur cette ère de production et de consommation médiatique et d’envisager de futures perspectives théoriques et méthodologiques. ProgrammeEn visioconférence. Contacts : nathalie.sebayashi@ehess.fr et laura.truxa@ehess.fr.09h00 Mots d’ouverture09h15 Invitée spéciale : Séverine Montigny (Conservateur du Département des Documents éphémères de la BHVP)Présentation des collections d’éphémères de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris10h00 Panel 1 - Nouveaux objets, nouveaux usagesViolaine Gourbet - Gravures et almanachs : la présence discrète de l'art anglais dans les foyers allemands (seconde moitié du XIXe siècle)Delphine Mulard - L’image et son rapport illustratif au texte, les différents modes illustratifs du Recueil des choses vues et entendues de l’ère AnseiMarie Goupil-Lucas-Fontaine - « Fixer l’air du temps » : L’éditeur Salabert et l’imprimé musical populaire dans l’Entre-deux-guerresBenoît Crucifix - La bande dessinée après le quotidien. Découpages, scrapbooks et comic strips aux États-Unis12h00 Pause déjeuner13h30 Panel 2 - L’entre-deux-guerres : aux frontières des légitimités culturellesPamela Ellayah - William R. Scott Inc., imprimer l’album pour enfants autrementFiona Piccolo - Intermédiaire et intermédial : l’imprimé polyvalent à travers culture savante, culture populaire et culture de masse chez Stefan Eggeler (1894-1969)Alix Agret - Mise en page/mise en scène : séduction cinématographique dans des revues érotiques des années 193014h50 Panel 3 - Pratiques militantes de l’impriméJulien Contes - L’émergence d’une nouvelle culture démocratique de l’imprimé périodique en France et en Italie au milieu du XIXe siècleMax Bonhomme - Découpages du temps révolutionnaire : les almanachs anarchistes et communistesLou Le Joly - Le Suffrage Atelier : émancipation politique et économique des femmes par l’imprimé (Royaume-Uni, 1909-1914)16h15 Pause café16h30 Invitée spéciale : Alice Savoie (Designer typographique, chercheuse indépendante et enseignante)Présentation du projet de recherche Women in Type (University of Reading)17h00 Discussion de fin de journée

Lire la suite

La ville de Hambourg décerne le prix « Aby Warburg » à Georges Didi-Huberman

Prix et distinctions -Cette année, la ville de Hambourg a décerné son prix « Aby Warburg » au philosophe et historien Georges Didi-Huberman, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)/CEHTA, pour ses travaux accomplis en sciences humaines et sociales.Lancé en 1979 par la ville de Hambourg, le prix « Aby Warburg » récompense des auteurs pour leur œuvre en sciences humaines et sociales. Le prix rend hommage à Aby Moritz Warburg, grand historien de l’art qui a fondé les bases de la pensée iconologique moderne. Le prix attribué tous les quatre ans et doté de 25 000 euros, honore cette année Georges Didi-Huberman. La remise du prix aura lieu le 26 octobre 2020.Sur le site officiel de la ville de Hambourg il est mentionné que Georges Didi-Huberman a contribué à renouveler l'héritage intellectuel d'Aby Warburg tout en renforçant sa portée internationale. Non seulement il mène des recherches sur Aby Warburg mais il partage son approche d'observateur historiquement conscient et sensible de l'histoire de l'art et des événements contemporains.Georges Didi-Huberman a publié une trentaine d’ouvrages sur l’histoire et la théorie des images, dans un large champ d’étude qui va de la Renaissance jusqu’à l’art contemporain, et qui comprend notamment les problèmes d’iconographie scientifique au XIXe siècle et leurs usages par les courants artistiques du XXe siècle. 

Lire la suite

EHESS

flux rss  Actualités

EARTHSCAPE

Rencontre - Jeudi 17 novembre 2022 - 18:30EARTHSCAPE est un spectacle de Frédérique Aït-Touati et Emanuele Coccia en collaboration avec Esther Denis, Duncan Evennou, Patrick Laffont de Lojo, Maxime Lévêque, Olivia Ross, proposé par  Compagnie Zone Critique et présenté dans le cadre du programme (...)(...)

Lire la suite

Anne Lafont est lauréate de la première promotion de la nouvelle résidence d'artistes et de chercheurs Villa Albertine

Échos de la recherche -Anne Lafont, historienne de l’art à l’EHESS rattachée au Centre de recherches sur les arts et le langage-CRAL/CEHTA, est lauréate de la première promotion de la nouvelle résidence d'artistes et de chercheurs de la France aux Etats-Unis : la Villa Albertine. Ce projet a été (...)(...)

Lire la suite

Le prix spécial Walter Benjamin a été décerné à Georges Didi-Huberman

Prix et distinctions -Le 26 septembre 2021 le prix spécial Walter Benjamin a été décerné à Georges Didi-Huberman pour l’ensemble de son œuvre pour l’apport essentiel qu’elle constitue à l’actualisation de la pensée de Walter Benjamin au XXIe siècle. La remise des prix aura lieu les 11, 12 et 13 (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'Histoire et de Théorie de l'Art
Institut National d'Histoire de l'Art
Espace Rotonde. Bureaux 140, 141, 142
2 rue Vivienne, 75002 Paris

cehta@ehess.fr

Direction : Giovanni CARERI
giovanni.careri@ehess.fr
Tél. : +33 (0)1 47 03 85 42

Emanuele COCCIA
emanuele.coccia@ehess.fr

Rémi LABRUSSE
rémi.labrusse@ehess.fr

Ingénieure d'études: Sabine GUERMOUCHE
s.guermouche@ehess.fr
Tél. : +33 (0)1 47 03 85 42

 

Site Facebook

Site du Cral