Ouvrages et Revues |

Ouvrages

DÉSIRER-DÉSOBÉIR

DÉSIRER-DÉSOBÉIR

Ce qui nous soulève, 1.

Georges Didi-Huberman
Paris,  Éditions de Minuit, Paradoxe ,  2019,  688 p.
Prix : 28 €
« Nous avions beaucoup enduré et puis, un jour, nous nous sommes dit que cela ne pouvait plus durer. Nous avions trop longtemps baissé les bras. À nouveau cependant — comme nous avions pu le faire à l’occasion, comme d’autres si souvent l’avaient fait avant nous — nous élevons nos bras au-dessus de nos épaules encore fourbies par l’aliénation, courbées par la douleur, par l’injustice, par l’accablement qui régnaient jusque-là. C’est alors que nous nous relevons : nous projetons nos bras en l’air, en avant. Nous relevons la tête. Nous retrouvons la libre puissance de regarder en face. Nous ouvrons, nous rouvrons la bouche. Nous crions, nous chantons notre désir. Avec nos amis nous discutons de comment faire, nous réfléchissons, nous imaginons, nous avançons, nous agissons, nous inventons. Nous nous sommes soulevés. » Ce livre est un essai de phénoménologie et d’anthropologie — voire une poétique — des gestes de soulèvement. Il interroge les corps avec la psyché à travers le lien profond, paradoxal, dialectique, qui s’instaure entre le désir et la mémoire. Comme il y a « ce qui nous regarde » par-delà « ce que nous croyons voir », il y aurait peut-être « ce qui nous soulève » par-delà « ce que nous croyons être ». C’est une question posée en amont — ou en dedans — de nos opinions ou actions partisanes : question posée, donc, aux gestes et aux imaginations politiques. Question posée à la puissance de se soulever, même lorsque le pouvoir n’est pas en vue. Cette puissance est indestructible comme le désir lui-même. C’est une puissance de désobéir. Elle est si inventive qu’elle mérite une attention tout à la fois précise (parce que le singulier, en l’espèce, nous dit plus que l’universel) et erratique (parce que les soulèvements surgissent en des temps, en des lieux et à des échelles où on ne les attendait pas) ».

Pour citer ce document

, «DÉSIRER-DÉSOBÉIR», cehta [En ligne], Ouvrages et Revues, Ouvrages, mis à jour le : 06/03/2019
, URL : http://cehta.ehess.fr/index.php?1088.
EHESS

flux rss  Actualités

La ville de Hambourg décerne le prix « Aby Warburg » à Georges Didi-Huberman

Prix et distinctions -Cette année, la ville de Hambourg a décerné son prix « Aby Warburg » au philosophe et historien Georges Didi-Huberman, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL)/CEHTA, pour ses travaux accomplis en sciences humaines et so (...)(...)

Lire la suite

Attribution du prix Vitale et Arnold Blokh à « L’Art et la Race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières » d’Anne Lafont

Prix et distinctions -L’Institut national d’histoire de l’art et la Fondation Jean Blot ont annoncé l’attribution du prix Vitale et Arnold Blokh à L’Art et la Race. L’Africain (tout) contre l’œil des Lumières d’Anne Lafont (Presses du réel, 2019). Ce prix récompense un ouvrage publié en français (...)(...)

Lire la suite

BLACK MIRROR : Images et Regard contemporains

Journée(s) d'étude - Lundi 24 juin 2019 - 09:00Ces journées d'étude, organisées avec le soutien du Campus Condorcet, visent à la collaboration de différentes disciplines pour analyser les enjeux et fonctions de l’élaboration, de la diffusion et de la consommation d’images dans notre société. Cha (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'Histoire et de Théorie de l'Art
Institut National d'Histoire de l'Art
Espace Rotonde. Bureaux 140, 141, 142
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Direction : Giovanni CARERI
giovanni.careri@ehess.fr
Tél. : +33 (0)1 47 03 85 42

Enseignant: Emanuele COCCIA
emanuele.coccia@ehess.fr
Tél. : +33 (0)1 47 03 85 41

Enseignant: André GUNTHERT
andre.gunthert@ehess.fr
Tél. : +33 (0)1 47 03 85 42

Gestion et Webmaster: Dominique LEBLEUX
lebleux@ehess.fr

Tél. : +33 (0)1 47 03 85 32

Site Facebook